La gestion bienveillante

Une main de fer dans un gant de velours… avoir « de la poigne »… vraiment ?


Si vous êtes gestionnaire, peut-être vous êtes-vous déjà remis en question concernant vos méthodes de gestion de personnels.

Peut-être, trouvez-vous ou vous a-t’ont reproché d’être « trop mou », de manquer de fermeté ?












En gestion de personnel, une veille (et fausse) croyance est relayé depuis très longtemps soit que pour diriger une équipe, il faut faire preuve de fermeté, d’autorité et ne pas trop créer de lien de proximité avec les subalternes.


Pour diverse raison, des gestionnaires tentent de modifier leur mode de gestion (voir leur personnalité) pour tenter de gagner en autorité.


Pourtant, il est erroné de croire que le meilleur moyen de diriger une équipe réside dans l’application d’une autorité forte et froide.


Puis, certains nuancent le tout en appliquant la fameuse « main de fer dans un gant de velours », mais, encore là, une réflexion s’impose…


Certes, les gestionnaires très autoritaires et rigides auront avantage à ajouter leur « gant de velours » pour appliquer un peu de douceur à leur intervention, mais est-ce vraiment le mieux qu’ils peuvent faire ?


Et qu’en est-il de ceux qui n’ont pas de « main de fer » ?


Doivent-ils absolument s’efforcer d’être plus fermes ?


Sachez qu’il est tout à fait possible d’être un gestionnaire très performant (et même plus performant) sans opter pour un modèle de gestion strict et directif.


PARLONS DONC UN PEU DE LA GESTION BIENVEILLANTE


Depuis plusieurs années, le bien-être et l’accomplissement au travail sont au centre des priorités des travailleurs. De plus, dans le contexte de la pandémie et considérant les changements qu’elle a apportés, il est encore plus périlleux d’obtenir un environnement propice à la performance.


La gestion bienveillante possède de nombreux avantages permettant d’améliorer la performance et la mobilisation des équipes, tel que :


· Elle favorise le mieux-être au travail et donc contribue à préserver la santé mentale des travailleurs

· Elle permet d’instaurer le respect, la confiance et la collaboration

· Elle favorise la mobilisation et le sentiment d’appartenance


La bienveillance n’a rien du laxisme et ne demande absolument pas de « fermer les yeux » sur des comportements répréhensibles et les rendements peu performants ou ne pas avoir d’exigences ; au contraire !


Elle est plutôt fondée à partir de limites et d’exigences clairement établies et communiquées et elle est dictée par des valeurs très humaines.


CONCRÈTEMENT, COMMENT ÊTRE UN LEADER BIENVEILLANT ?


Pour être un leader bienveillant, vous devrez favoriser des comportements tels que :


· Prendre le temps d’écouter et de consulter les membres de votre équipe

· Faire preuve de respect dans chacune de vos actions et paroles

· Être compréhensif et indulgent

· Baser vos décisions pour le bien de l’organisation et non pour votre bénéfice personnel

· Communiquer de façon transparente

· Faire preuve de reconnaissance de façon constante

· Respecter vos engagements

· Prendre le temps d’offrir le soutien nécessaire à votre équipe

· Être attentif aux autres et s’intéresser à eux

· Considérer les autres et tenir compte de leurs besoins


Les leaders bienveillants ont de grands impacts positifs, au sein des entreprises, et pourront plus aisément faire progresser leur équipe.


Parmi les notions les plus importantes d’un management bienveillant, la constance et la cohérence sont de mises. Faire preuve de bienveillance ne doit pas être occasionnel ni seulement représenter quelques actions, c’est plutôt une attitude guidée par des valeurs bien ancrées, une façon d’être.


La gentillesse dans les milieux de travail ne doit ni, être perçue comme faible, ni comme un comportement à bannir, au contraire ! La gentillesse prédispose les gens à adopter de bon comportement, à se mobiliser et crée un fort sentiment d’appartenance.


Les gestionnaires bienveillants ont donc tout en main pour faire progresser leur équipe !


Avec une structure claire, indiquant à chacun ce qu’on attend de lui ; ses tâches et responsabilités et ses objectifs, qu’il dispose d’un bon niveau d’autonomie et de soutien et qu’il y a une relation solide, saine, transparente et bienveillante avec son patron, tout est en place pour de belles réussites et une amélioration continue !


Êtes-vous un gestionnaire bienveillant ?